vignette pellegrin

ema nos vies

souscrip.2020

anticap revo

Cela fait maintenant 3 semaines que le confinement a commencé. Qu’est-ce qui s’est passé parmi les postiers lorsqu’ils sont arrivés au travail au début de la première semaine ?

Au lendemain de l’annonce du confinement, ça a été la panique… et la rage. L’ensemble des bureaux de distribution et la Plateforme Industrielle de Courrier de Cestas ont vu nombre d’agents exercer leur droit de retrait malgré la pression et les menaces de la boîte.

La détermination des postier.es militant.es CGT a permis d’organiser collectivement l’exercice de ce droit individuel partout où nous sommes présents, SUDPTT a aussi largement contribué à cette mobilisation.

A l’heure d’une soi-disant concorde nationale, je ne parlerai pas des autres organisations dites syndicales aux abonnés absents dans les bureaux ou participant activement à la propagande de la boite…

Afin de ne pas alourdir la lecture de ce texte, je choisis de ne pas employer l’orthographe inclusive mais pour amorcer la déconstruction, je décide que dans mon texte le féminin l’emporte sur le masculin. Privilège qui me fait plaisir.

Oui nous sommes en guerre, contre le gouvernement et le système capitaliste qui attaquent les acquis sociaux qui restaient. Ils ont armé leurs soldats, leurs forces de l’ordre et nous ont soumises, bien avant le confinement, à des conditions de vie stressantes, épuisantes, mal rémunérées.

Sourd à nos demandes, incapable de prendre des décisions qui nous sauveraient, le gouvernement joue le double discours, il nous applaudit, nous flatte, nous désigne comme des héroïnes, en clair il nous infantilise et « en même temps » il fait passer des mesures qui vont nous massacrer : pas d’embauche mais passage à la semaine de 60 heures, don de RTT, réduction des congés…

Dans le pays le plus touché d’Europe, les travailleurs ont réagi. Alors que la maladie se répandait comme une traînée de poudre surtout en Lombardie et dans la plaine du Pô, la plus industrialisée et polluée d’Europe, 12 millions de travailleurs au bas mot (environ 60 % des travailleurs du pays) étaient obligés de travailler la semaine et de se confiner le week-end ! Les hôpitaux, victimes de l’austérité, dont de nombreux personnels sont précaires et aux salaires bloqués depuis au moins 10 ans, étaient saturés et dépassés.

Une série de grèves sauvages a éclaté en Lombardie vers le 11 mars pour exiger l’arrêt des productions non essentielles. Elle a abouti le 14 mars à un accord entre patronat, gouvernement et syndicats où les grandes confédérations syndicales comme la CGIL, engluées dans le dialogue social avec le gouvernement de « centre gauche » (soutenu par le Parti démocrate et le Mouvement 5 Étoiles), ont établi ensemble une liste d’entreprises pouvant rester ouvertes « en toute sécurité » (services publics, alimentaire, transport, nettoyage et… l’industrie de l’armement).

Face à la catastrophe de l’extension de l’épidémie qui s’accélère dramatiquement sur tout le territoire, Macron, le gouvernement, les patrons en appellent à « l’union nationale », glorifient les soignants, les travailleurs, les prétendus « héros » pour mieux tenter de masquer leurs responsabilités. Alors que les hôpitaux ne peuvent faire face à l’afflux de malades graves après des années de mise à mal du système de santé, Macron a même cyniquement baptisé l’opération de l’armée chargée d’évacuer les malades du Grand Est, opération « résilience » ! Tandis qu’on voit maintenant la police mettre en garde-à-vue pour « non confinement ».

Ils le jurent : la pandémie de coronavirus était « imprévisible » et le gouvernement fait « du mieux possible », n’en déplaise aux « donneurs de leçons »… Dans le Quotidien du médecin, six anciens ministres de la Santé ont volé cette semaine au secours du gouvernement… Au cours des trente dernières années, tous ont mené une même politique de fermetures de lits, de restrictions budgétaires, de casse et de privatisation du système de santé !

« Ceux qui prétendent qu’il y a une autre stratégie sont des gens qui n’assurent pas de responsabilités dignes de ce nom » a ainsi déclaré Evin, ministre (PS) de la santé de 1988 à 1991… lui qui avait dû affronter les immenses grèves infirmières et du personnel hospitalier qui avaient alors imposé, entre autres, de réelles augmentations de salaire.

Alors que la situation continue de s’aggraver dans le secteur public, augmentation de décès, contamination de soignants (plus de 600 à Paris), personnel à bout, certains établissements du privé lucratif commencent à recevoir des patients atteints du Covid 19.

Comme dans le secteur public, les interventions non urgentes ont été annulées et des services réorganisés.

Certains établissements, déjà en capacité de recevoir des patients lourds, comme à la clinique Bordeaux Nord, ont augmenté le nombre de lits ; mais d’autres établissements qui effectuaient la plupart de leurs interventions en ambulatoire tournent au ralenti.

C’est le cas des cliniques Bel Air, Thiers du Groupe Bordeaux Nord ou de la clinique Tivoli du Groupe St Gatien.

Le 21 mars, le syndicat SUD santé sociaux du CHU de Bordeaux écrivait dans un communiqué intitulé « C’est la guerre mais on nous envoie au front avec des balles à blanc ».  « ‘La santé n’a pas de prix affirmait le Président il y a quelques jours, reprenant au passage un slogan syndical ! Alors où sont les masques pour protéger le personnel du CHU Bordeaux ???? Car, dans le soi-disant 1er CHU de France, nous devons nous battre et intervenir tous les jours pour que le personnel (ASH, brancardiers, Agents de Régulation du SAMU...) en obtiennent !!! ».

Plus de dix jours et bien des déclarations du gouvernement et du Directeur du CHU plus tard, alors que le nombre de patients atteints augmente chaque jour, que des collègues sont contaminés, les masques sont certes un peu plus nombreux mais toujours bien loin des recommandations des experts ! Et certaines catégories ont le plus grand mal à en obtenir tels les ASH (agents de services hospitaliers) qui assurent le ménage dans les couloirs où elles et ils croisent nombre de médecins et personnels qui entrent et sortent des chambres !

Pour combattre le Covid-19, il faut des mesures radicales et un choc de solidarité !

Des personnels de santé, syndicalistes, associatifs, scientifiques, habitant·e·s des quartiers populaires, citoyen·ne·s engagés, lancent un appel urgent pour rendre visible et mettre en réseau les initiatives et les exigences du mouvement social. « Nous devons être aujourd’hui à l’image de la société que nous voulons demain. Mobilisé·e·s contre le Covid-19 ou confiné·e·s ! Mais debout, solidaires et exigeants ». Nous vous invitons à signer et diffuser cet appel !

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/300320/pour-combattre-le-covid-19-il-faut-des-mesures-radicales-et-un-choc-de-solidarite?utm_content=buffer53ada&utm_medium=social&utm_source=Twitter_MediapartBlogs&utm_campaign=CM

Depuis le 13 mars, nos enfants sont à la maison, avec leur volonté à travailler ou pas... les connexions ou pas, les ordinateurs, les smartphones, notre disponibilité, avec nos moyens, notre patience, une imprimante… ou pas ! Et tout cela est bien compliqué à gérer. On se dit que pour les plus défavorisés, coupés du monde, c’est une totale gajeure !

Pour nous, les cours s’organisent, il y a les infos officielles du lycée et il y a la débrouille, les réseaux parallèles qui s’organisent ou se ré organisent.

autres sites

la breche

photoheque rouge